jeudi 13 décembre 2012

Carolyn Rogers et Grégory Blin, à Nogent sur Seine, jusqu’à dimanche 16 décembre.


Il y a un peu plus d’un an, église Saint-Jacques de Dival de Villenauxe la Grande, nous rencontrions Grégory Blin qui nous présentait ses œuvres, ‘‘du figuratif au graffiti…’’, peintures et collages en harmonieuse association, une rétrospective alors, de 10 années de travail, afin disait-il, de faire connaître sa production aux gens de la région, sa pratique du graff-tag. À l’époque, il nous avait déjà annoncé sa venue à Nogent sur Seine, à l’Hôtel de Valville (Entrée sous le porche). Ses réalisations y sont exposées jusqu’à ce dimanche prochain 16 décembre, en compagnie des œuvres de Carolyn Rogers, des sculptures de verre.

Carolyn Rogers crée son atelier en mai 2005 et l’installait à Villenauxe-la-Grande en décembre 2007. Elle est passée, dit-elle, de la création musicale à la sculpture en verre, ressentant que l’espace de composition est le même. ‘‘Créer le mouvement, le silence, générer du matériau, des figures, déplacer celles-ci dans l’espace jusqu’à trouver l’emplacement idéal, là où les formes sorties de l’imagination vont se mettre à rayonner et aller à la rencontre de l’autre.’’ Ainsi vont naître ses sculptures en verre, des spirales colorées dans la masse, représentation de la vie, le l’élévation spirituelle, de la joie de vivre…


Grégory Blin, peint depuis plus de 25 ans, mais c’est depuis 1996, à partir de cette peinture figurative qui est la sienne, qu’il va aller vers des formes plus abstraites bien que conservant parfois des souvenirs conscient de la réalité. L’année dernière, à Villenauxe la Grande, il nous disait délaisser l'huile travaillée au couteau pour utiliser l'acrylique, le gel, le pastel sec, le collage et la bombe aérosol.
Cet artiste voulait aller aussi loin que le permettait ce dernier matériau. Cette bombe aérosol lui permettait de préciser sa volonté, née du hasard, d'enrichir et d'amener la réalisation de l'œuvre généralement emplie d’une tonalité, dans laquelle l'art de la rue transpire comme dans un rêve. Elle se veut fille de ses entrailles, non de son intellect…

Exposition jusqu’au dimanche 16 décembre, Hôtel de Valville (Mairie), à Nogent sur Seine. De 14h30 à 18 heures, le samedi de 10 à 12h30 et de 14h30 à 18 heures et le dimanche de 14h30 à 18 heures. Entrée gratuite.
- Contact auprès du service culture et animation municipal au 03.25.39.42.24 et Grégory Blin au 06.60.29.95.29 (gmblin@free.fr).

samedi 8 décembre 2012

L’AAN, galerie de l’Éden, jusqu’à ce dimanche 9 décembre.


Il reste encore ce samedi et demain dimanche 9 décembre pour aller jusqu’à Romilly sur Seine, voir galerie du cinéma l’Eden, les œuvres exposées dans le cadre du 36ème Salon d’automne de l’Association Artistique du Nogentais.

Présence de nombre des artistes de cette association, présence spontanée et concernée, ce qui constitue toujours un attrait supplémentaire d’importance, dans la mesure où ils peuvent accompagner leurs œuvres, les présenter et les commenter. Maryse Mahdjoub, la présidente qui ne manque pas battre le rappel, sera là bien sûr, notamment dimanche après-midi et spécialement au moment du tirage de la tombola qui permettra à certains de repartir avec des réalisations offertes, dont une du maître-verrier Émile Camus, invité d’honneur de ce salon.
Ce salon marque la fin de la saison des activités de l’AAN, comme le dit Pierre Millat de l’Est Éclair. Il y évoque la satisfaction de la présidente, plutôt contente de cette année tant au niveau de la progression des membres du groupe qu’au titre de l’impact grandissant enregistré lors des expositions organisées à Nogent sur Seine, aussi bien au Pavillon Henri IV que galerie de la Halle sur le temps de la Foire de la Saint Simon. Sans oublier que les artistes de cette association se retrouvent très souvent dans des animations de la région, dans des expositions proposées par d’autres associations, institutions, centres culturels, municipalités…
Signe de cette progression veut-on voire, dans la présence pour la première fois du maire de Romilly, Éric Vuillemin qui a noté ‘‘l’éclectisme des artistes, la qualité des œuvres exposées, le dynamisme d’une association qui montre son attachement à la culture régionale’’. Et d’ajouter que le choix comme invité d’honneur, d’Émile Camus ‘‘s’inscrit dans la belle tradition des vitraux du département, puisqu’en superficie, l’Aube représente près de 20% des vitraux de France’’.


Émile Camus:
Cette artiste de Villiers Saint Georges que nous avions évoqué à plusieurs reprises, notamment dans ce blog ou dans la République de Seine et Marne, ne peut qu’être heureux de contribuer à l’amélioration de ce pourcentage…
‘‘Discret, passionné de son art, c’est en plus ajoute-t-elle un bénévole disponible et efficace, toujours prêt à donner un coup de main dans la mise en place des activités associatives.’’
Lorsqu’il nous accueillait, galerie de l’Éden, il nous montrait notamment sa dernière réalisation (notre photo, avec ce vitrail dans lequel se reflète son image), et nous commentait les autres en nous contant leur histoire. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler…



jeudi 6 décembre 2012

La Compagnie Errance en assemblée générale ce 8 décembre.


Simona Morini convie à l’assemblée générale de la Compagnie Errance, ce samedi 8 décembre 2012, à 11 heures, salle du premier étage de l’Hôtel Dieu. (Entrée Rué d’Enfer, 77160 Provins).

À l’ordre du jour cette réunion annuelle, la présentation des bilans moral, artistique et comptable de la saison 2011-2012 – La présentation du bilan artistique prévisionnel de la saison 2012-2013 – D’autres points selon les questions des présents – L’élection des membres du Conseil d’Administration.
L’assemblée se terminera avec un pot convivial.
- Contact: Compagnie Errance, 1 place du châtel, 77160 – Provins. (cierrance@aol.com)

Le téléthon de Provins, c’est demain, vendredi 7 décembre.


C’est à partir de 18 heures, ce vendredi 7 décembre que vont débuter à Provins, les manifestations liées au 26ème Téléthon, le Téléthon 2012.

Les choses seront lancées au gymnase Raymond Vitte. Dès 18h15, démonstrations de Danse Country – À 18h30, une course de 600 mètres est prévue pour les moins de 16 ans – À 19 heures sera donné le départ d’un course à pied de 4 kilomètres, pour les adultes – En même temps, une retraite aux flambeaux sera ouverte à tous – De 20 à 22h30, est prévu la Zumba, avec les associations Aérobic et de Fitdance.
Le montant des inscriptions est de 5 € et les sommes collectées seront versées à l’association AFM-Téléthon.

Le Téléthon, c’est l’événement qui a tout changé pour les maladies rares. C’est également le moment où les malades et leurs proches peuvent parler aux autres de leurs espoirs, des défis du quotidien comme des enjeux de la recherche, ce qui est rendu possible par la mobilisation sur ce temps, des associations diverses, des institutions, des médias de la presse écrite, radiophonique et télévisuelle… de toutes les bonnes volontés.
Pour Laurence Tiennot-Herment, la présidente de l’AFM-Téléthon: « La mobilisation citoyenne lors du Téléthon nous donne la force d’aller plus vite, plus loin, prendre le temps de vitesse, faire preuve d’encore plus d’audace et d’innovation et bannir de notre vocabulaire les mots ‘‘impossible’’ et ‘‘incurable’’. En un mot: Oser vaincre, cette expression étant d’ailleurs le slogan de ce Téléthon 2012! ».

‘‘La Baby-Sitter’’ avec ‘‘Les Passeurs de Jeu’’ au théâtre de Nogent sur Seine, ce week-end.


En début d’année, nous semble t’il, la troupe ‘‘Les Passeurs de jeu’’, présentait sa dernière création, ‘‘La Baby-Sitter’’, d’après un texte de René de Obaldia.

En ce début décembre, Éric Beauvillain adressait ce message, confirmant les bonnes dispositions à venir de sa troupe: « Après s'être amusés du quotidien avec SketchUp Mayo, les Passeurs de Jeu passent à l'humour noir, décalé et absurde de René de Obaldia avec la Baby-Sitter.
Poète, romancier et dramaturge français né en 1918 à Honk Kong, « Inventeur du langage », René de Obaldia écrit des textes qui sont presque tous empreints d'humour fantastique, de fantaisie et d'imagination. Il est membre de l'Académie Française et toujours vivant ! Il serait donc dommage de ne pas profiter de son texte, La Baby Sitter dans de pareilles conditions !
- Un couple attend la baby-sitter pour pouvoir aller dîner avec plus ou moins de joie chez les Paniquel. C'est l'occasion de s'envoyer des piques jusqu'à ce qu'on sonne à la porte. Surprise: ce n'est pas la baby-sitter mais sœur Épine du Saint Esprit qui vient prodiguer la bonne parole... »


Humour noir, humour cocasse, humour absurde, cette pièce mise en scène par Corinne Tissier et jouée par Dorothée Thomas, Sandra Samson et Eric Beauvillain sera jouée le vendredi 7 et samedi 8 décembre à 20h45 au théâtre de Nogent sur Seine.
Elle le sera également le samedi 19 janvier au théâtre de la Madeleine à Troyes, à 20h30.
- Tarif pour Nogent : 6 euros les adules, 3 euros les étudiants, lycéens et chômeurs, gratuit pour les moins de 12 ans. (Éric Beauvillain tient à préciser qu’aucun comédien n'a été maltraité durant les répétitions.). Contact: 09.52.16.10.29.

Les Passeurs de Jeu:

Cette troupe qui a vu le jour en 1992 constitue un des axes artistiques de l’association Ville à Joies, elle-même créée en 1989 et s’étant donné comme objectif la création et l’essor de l’art en milieu rural.
Les Passeurs de Jeu, Éric Beauvillain et ses équipiers qui depuis, créent une pièce tous les ans, s’efforcent de faire découvrir le théâtre contemporain et leur production se situe exclusivement sur ce registre.
On les connaît encore pour les ateliers qu’ils animent en direction des plus jeunes, pour les festivals de clowns qu’ils organisent tous les ans avec les troupes de l’Union, dont les Joyeus Duglob et les Hilarios, sans oublier qu’ils participent à un maximum de stages et festivals dont les journées du comédien proposés par l'Union de l'Est, Scènoblique et Fenêtre sur Seine, organisé tous les deux ans par COME10.

Éric Beauvillain:
Cet artiste s’est rendu compte dès la sixième, qu’il aimait rédiger des histoires écrivant un brouillon en rédaction et, au lieu de le recopier, repartait pour une nouvelle histoire sur sa copie… S’étant trouvé comédien puis metteur en scène, c’est tout naturellement qu’il est allé vers l’écriture théâtrale. S’il n’a pas de genre de prédilection, écrivant des pièces noires (Poison d’Avril), comme des enquêtes policières (Crime en Plaqué Or) ou des comédies (Ainsi Soient-Elles, Chasse à Bru), ses textes ont tous trois points communs : toujours de l’humour, l’envie de raconter une histoire qui emportera le spectateur et celle de donner aux comédiens des textes qui leur permettront de prendre du plaisir à être sur scène.

mercredi 5 décembre 2012

Dominique, Francis, Denis, remettent ça samedi 8 décembre.


C’est Denis Deniau qui le dit: «le Trio Jazz "Chez Denis" se produira à nouveau au "César hôtel" ancienne poste de Provins ce samedi 8 décembre prochain pour animer une soirée conviviale, avec la participation des Champagnes Oudard.
Cela se déroulera entre 19 et 21h30 et la soirée pourra se terminer chez nous autour d'un buffet pour ceux qui le souhaiteront! Merci de le faire savoir autour de vous!»


Comme lors de la première soirée, au César hôtel également, le Trio ‘‘Chez Denis’’ sera constitué de Dominique (chant), Francis (guitare et chant) et Denis (guitare et contrebasse). Ce soir là, les nombreux clients avaient beaucoup apprécié la prestation de talent des artistes, d’autant plus remarquée qu’elle s’est déroulée dans une ambiance de convivialité et de simplicité.


Depuis, le trio s’est produit de nouveau, avec le même bonheur. Ses musiciens ont répété aussi pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Pas plus tard que ce dernier mardi, on a pu voir et écouter Denis Deniau qui avait rejoint les musiciens d’une autre formation et qui ont égayé en musique le Marché de Noël de l’ÉHPAD Rosa Gallica, manifestation organisée par l’association ‘‘ Bien Vieillir en Brie’’ et ses membres.

À l’instar de Francis le guitariste du trio qui aime qui aime bien les citations évoquant la musique, nous nous permettrons de citer Jacques Prévert: ‘‘L’amour de la musique mène toujours à la musique de l’amour’’.

Anne-Lise Diez et Joëlle Thouvenot de Martino exposent à Neufchâteau.


Le Trait d’Union de Neufchâteau, en son espace culturel François Mitterand, 1 rue Régnault, expose depuis la mi-novembre et jusqu’au vendredi 21 décembre, les œuvres de Anne-Lise Diez et de Joëlle Thouvenot de Martino.

Anne-Lise Diez dont on avait pu voir les encres, en avril 2011, à la Roseraie de Provins, déjà en compagnie des sculptures de la Seine et Marnaise Joëlle Thouvenot de Martino est à travers ses œuvres, riche de couleurs, de mouvements, d’une effervescence graphique qui allie douceur et explosivité, qui ferait penser aux planches de Rorscharch, qu’on aurait saupoudré de mandalas dépassant largement la notion de cercle, pour toucher l’environnement, voire le cosmique…
On est entre le figuratif et l’abstrait se demandant lequel préfigure l’autre ? Peut-être un mouvement incessant entre la poule et l’œuf ?

Joëlle Thouvenot de Martino s’exprime à travers ses sculptures. Les réalisations de cette Seine et Marnaise de Choisy en Brie, ses bronzes tout particulièrement, exhalent sérénité et sensibilité, montre une artiste en empathie, en osmose avec ses sujets, comme si elle s’incarnait à travers eux, comme si elle était « eux », mais sans jamais faire oublier qui elle est elle-même, avec force et maîtrise.
La femme est au cœur de sa production, sous ses multiples facettes, les femmes auxquelles elle s’identifie, auxquelles nous pensons, de la Boudeuse, à la Sagesse, de la Promesse à l’Absence, de la Salomé drapée à la Déchirure… Qu’elle soit cambrée, debout, pensive, à genoux, abandonnée, elle pourrait être, elle est, l’amie, la compagne, la mère, le regret peut-être et l’espoir en même temps…

Neufchâteau est dotée d'un exceptionnel patrimoine architectural. Au nombre de ses trésors l’on compte des églises médiévales et leur statuaire, des demeures particulières du XVIIème et du XVIIIème siècle, dans lesquelles on remarque une forte influence de la Renaissance Française. Depuis le Moyen Àge, c’est une ville essentiellement commerçante offrant à ses habitants un cadre de vie attrayant et paisible, ainsi qu'un environnement naturel et verdoyant.
À l’approche de Noël, cette sous-préfecture des Vosges ne manque pas d’attraits. Cette année, elle offre en plus, une superbe exposition avec les œuvres d’Anne-Lise Diez et Joëlle Thouvenot de Martino.

- Le Trait d’Union, Neufchâteau «Mouvements, couleurs, dualité» / Entrée libre du mardi au samedi de 14 à 19 heures, jusqu’au vendredi 21 décembre.
- Contacts:
03.29.94.99.50. E-mail: trait-dunion@mairie-neufchateau.fr (www.mairie-neufchateau.fr).

dimanche 2 décembre 2012

Hommage aux Morts d’AFN, ce mercredi 5 décembre.


La cérémonie d’hommage aux Morts pour la France, de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, est prévue ce mercredi 5 décembre à Provins.

Le rassemblement se fera sur place square de Verdun, au monument aux Morts, en présence du député maire de Provins Christian Jacob et de ses équipiers du conseil municipal. La cérémonie débutera à 9h30 et comprendra allocution et dépôt de gerbes.

Le 5 décembre:
C’est la journée nationale officielle en hommage aux victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie. Cette journée a été instituée par le décret du 26 septembre 2003, la première journée de commémoration prenant en compte le 5 décembre ayant ainsi lieu un an jour pour jour après l'inauguration du mémorial national de la guerre d'Algérie à Paris, Quai de Branly. Il semble d’ailleurs que l’existence de ce mémorial ait joué dans le choix controversé de cette date.
- Ce mercredi 5 décembre à 11h30, Quai de Branly, Kader Arif qui est un fils de Harki rescapé des massacres du 19 mars 1962 et jours suivants, sera aux côté des officiels qui présideront cet hommage aux 200 000 victimes civiles françaises et aux 23 000 militaires français Morts pour la France.

samedi 1 décembre 2012

Saint Loup de Naud: marché de Noël le 15 décembre.


Le marché de Noël de Saint Loup de Naud est organisé par le foyer rural. Il aura lieu dans la cour de l’école, le samedi 15 décembre de 11 à 21 heures.

Il était normalement possible de réserver des emplacements, mais jusqu’à ce dernier vendredi 30 novembre. On peut toujours tenter sa chance en contactant Sandrine au 06.25.36.27.66 ou Sabine au 07.50.26.50.22.
Sur place, à l’occasion de ce marché, l’on pourra trouver gâteaux, tartiflette à l’assiette, vin chaud et chocolat chaud au gobelet, et probablement quelques surprises…

Exposition Harold Guérin au CAMAC de Marnay.


Harold Guérin cet artiste d’origine rémoise s’est trouvé en résidence au CAMAC de Marnay sur Seine. Jusqu’au dimanche 16 décembre prochain, il y présente un ensemble d’œuvres dont certaines inédites et qui furent réalisées notamment lorsqu’ il y résidait.

« Installation, sculpture, dessin et vidéo-action sont autant de médiums que l'artiste explore et fait dialoguer dans l'espace dédié. L'exposition interroge la corrélation de l’architecture avec les modifications internes du paysage. Elle interpelle les fondements de l’aménagement urbain en heurt avec l’horloge terrestre et ses mutations structurelles imprévisibles. »

- Contact: 03.25.39.20.61. (www.camac.org) - Camac, 1 grand Rue, Marnay sur Seine (10). Entrée libre du lundi au vendredi de 10 à 17 heures, et le samedi de 14 à 16h30.

Harold Guérin: Sa démarche artistique trouve ses origines dans l’observation du paysage. Il multiplie les points de vue afin de percevoir différentes portions de l’espace et d’en interpréter les mutations. Les éléments tels que l’eau, le sol, la neige, conditionnent la construction de ses installations dans leur structure même. Il reconstitue ou intervient sur des objets fonctionnels et identifiables. Ils sont pour lui les témoins physiques et tangibles de frontières visuelles, concrétisant la séparation de l’espace.
Dans ses réalisations, les lieux disparaissent au profit du détail, de l’échantillon ou d’une représentation à un instant saisi au vol.

Kermesse d’hiver des écoliers de Saint Brice, le 14 décembre.


Les écoliers de la rue des Chomettes qui sont passés à l’occasion d’Halloween, tout comme ceux qui sont passés pour les calendriers scolaires, n’ont pas manqué de nous inviter à leur kermesse du vendredi 14 décembre prochain. On va leur rendre la courtoisie…

Cette kermesse d’hiver des jeunes de l’école de Saint Brice est organisée par l’association ‘‘Les Zèbres rouges’’, dans la salle des fêtes de leur village, à partir de 16h45. Il y aura des stands de décorations de Noël, des jeux pour tous, une tombola, buvette et restauration, sucré-salé.
Cette manifestation est toujours un temps privilégié de partage et de rencontre, celui notamment où le cercle habituel des écoliers et de leurs parents qui ont l’habitude de se voir, peut s’agrandir des anciens toujours contents de revenir et des adultes qui au-delà de leur plaisir savent que leur présence constitue un encouragement à ce qui se fait.

jeudi 29 novembre 2012

Le Villersois Émile Camus, expose à Romilly sur Seine.


L’AAN, Association Artistique du Nogentais dans laquelle on retrouve bon nombre d’artistes du Provinois, comme Nelly Rondeau, Christiane Guerquin, Josée Bienfait Myriam Gutowski ou Émile Camus propose son exposition annuelle galerie du cinéma l’Éden de Romilly sur Seine, de ce vendredi 30 novembre au dimanche 9 décembre.
Émile Camus sera justement l’invité d’honneur de cette exposition dont la présidente, Maryse Mahdjoub présidera le vernissage ce vendredi 30 novembre à 18 heures. (Œuvres visibles tous les jours de la semaine de 15 à 18 heures et le dimanche de 15 à 19 heures. Contact au 03.25.24.88.12.).

Le maître verrier de Villiers.
Émile Camus qui réside à Villiers Saint Georges participe à l’ensemble des manifestations de l’AAN. Ce maître verrier était notamment au nombre des artistes qui exposaient dernièrement Galerie de la Halle pour la Saint Simon de Nogent ou encore au Pavillon Henri IV.

Son épouse Élisabeth, également membre de l’AAN dit volontiers de lui: « Enfant attiré par le dessin…crayons, pastels, aquarelles occupent ses loisirs. Adulte les ambiances colorées et les jeux de lumière lui procurent de grandes sensations, pris dans le tourbillon des couleurs par un métier de peintre décorateur.
Passionné depuis longtemps par le vitrail, le temps libre de la retraite permet au rêve de devenir réalité…après avoir pris des cours pendant un an avec un professeur pour apprendre les techniques …le temps était venu de passer aux réalisations qui n’ont eu de cesse depuis cinq ans maintenant.
Pouvoir utiliser les formes et les couleurs et faire des compositions en jouant sur des harmonies ou sur des oppositions procure un véritable émerveillement.»


Retraité depuis mai 1906, la passion pour le vitrail l’habite de nouveau et, après une année de cours auprès d’un maître de la Maison du vitrail de Paris, Émile Camus joue à fond la carte de la transparence, transcendant aussi bien les harmonies que les oppositions. Il participe à toutes ses expositions de l’AAN, au Pavillon Henri IV de la sous-préfecture auboise, en sa Halle notamment lors de la semaine qui précède la Foire de la Saint Simon, comme cette année du 18 au 28 octobre, animant notamment un atelier sur la place de l’église Saint Laurent, le dimanche de la foire.



Le Champ’Art Music Festival continue à Saint Martin de Bossenay.



Le premier concert était donné le 6 octobre dernier au CAMAC de Marnay sur Seine. Depuis, le ‘‘Champ’Art Music Festival’’ organisé par le Pays de Seine en Plaine champenoise, en partenariat avec la MJC de Romilly-sur-Seine et l'Association Les Musicales du Quai de la Pallée de cette même localité, s’est poursuivi avec d’autres concerts, le20 octobre à la Salle des Fêtes de Faux-Villecerf, le 3 novembre à Courtioux, et le 16 novembre à Gélannes. Ces derniers concerts étant accompagnés d’une exposition des œuvres d’Iztok Söstarek.
Les prochains concerts auront lieu ces samedis 1er et 15 décembre.

Le concert de ce 1er décembre:
Ce concert à partir de 20h30, aura lieu à la Brasserie du Moulin de Saint Martin de Bossenay, avec ‘‘Strike Unit’’ et entrée gratuite. Comme pour les précédents, ce concert s’accompagnera d’une exposition des œuvres d’ Iztok Sôstarek, cet artiste qui résidait jusqu’à présent à Romilly sur Seine et qui vient de s’installer à Provins où, en portes ouverts en son atelier au 4 quai de la Voulzie de la cité médiévale, il accueillera les visiteurs, en compagnie d’amis artistes du Nogentais et de la région, Natacha Roche-Fontaine céramiste, Anne-Sophie Guérin création de bijoux et Aline Claisse créations de jouets en laine.

Istok Söstarek dont on a pu connaître les expositions dans le Nogentais, au château de la Motte Tilly, au CAMAC de Marnay sur Seine et aussi à Provins déjà, il y a deux ans, travailla d’abord comme décorateur dans le monde du théâtre à partir d’études dans le design industriel.

Contacts
: Rieule Mahot au 03.25.25.20.71 ou 06.85.13.66.70.
- Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine, 53 rue des Fossés, 10400 – Nogent sur Seine.
Tel. Fax : 03.25.39.42.07.
Courriel : otnogentaisvalleedeseine@wanadoo.fr
Site Internet : www.tourisme-nogentais.fr
Sur Facebook : http://www.facebook.com/OTNVS

mercredi 28 novembre 2012

Une brocante peu commune, chez Christian Dargent à Sarons.


Nous relayons volontiers l’information que nous avaient transmise Hervé Patron et plus récemment Thierry Boulay: à Sarons sur Aube, un rien au nord de Romilly sur Seine, Christian Dargent organise une brocante "art" de Noël, ce dimanche 2 décembre à partir de 11 heures.

Cela se passera tout simplement dans les Communs du château, communs qu’il a acquis il y a quelques années et dont il a fait un lieu de brocante permanente, d’exposition aussi, surtout de rencontres, comme il tient à l’affirmer lui-même.
Rencontres, ce fut le cas, notamment en septembre dernier où, conduit par un Naudien (on sait que Saint Loup de Naud est aussi un lieu privilégié d’art et de culture), nous avons pu visiter le site et bénéficier de l’accueil de celui qui se veut brocanteur - en l’occurrence, c’est un vrai professionnel, ce brocanteur qui enrichit sa pratique d’une belle approche de l’art, notamment premier – et de ses commentaires. À cette occasion, outre les œuvres et objets qu’il détient de façon permanente, il nous proposait l’exposition de celles de Ramon, de Joël Crespin et du Provinois Gino Olivieri.


Ces communs valent le détour:
passé le porche, au-delà de hauts murs un rien austères, l’on découvre un havre de paix, un site admirable, un jardin qui en septembre était luxuriant, conduisant à de somptueuses écuries du 19ème riches de charpentes exceptionnelles. Un lieu chargé d’histoire et qui vous parle, ouvert au public notamment lorsque son propriétaire y installe une brocante de son cru.
Comme à son habitude, Christian Dargent sera entouré d’artistes comme Dominique de Provins avec ses orchidées, des bougies, des céramiques en Raku de Saint Loup de Naud, des sculptures en bois de Didier Rousseau-Navarre et bien sûr, tout plein d’idées cadeaux pour les fêtes à venir.

- Contact: Les Communs de Saron sur Aube (51260), 12 avenue du Château au 06.33.12.74.31 et lescommunes@orange.fr

mardi 27 novembre 2012

‘‘L’aéronef des fous’’ de Catherine et Odile Pierron.



De son village proche de Provins, où elle réside, Catherine Pierron nous fait part de la naissance éditoriale de son roman "L'Aéronef des fous" co-écrit avec Odile Pierron, ouvrage qui va paraître chez Prem'Edit 77, dans la collection "Coup de coeur".

Du coup, elle nous apprend que c’est le "Little Café", 45 rue du Val à Provins qui assurera la pré-sortie de l'ouvrage le samedi 8 décembre prochain. ‘‘En toute convivialité…’’, confirme t’elle, heureuse d'échanger avec les uns et les autres entre 15 et 18 heures ce jour là.
À cette occasion, l’on pourra faire l'acquisition d'un exemplaire dédicacé, sur place, sans attendre la sortie officielle prévue en février 2013.
Avec ‘‘L’aéronef des fous’’, Catherine et Odile Pierron proposent leur premier roman. Ceci, après une complicité fraternelle de plusieurs années en tant que co-auteures d’ouvrages pédagogiques et d’un recueil de nouvelles illustré par l’une et écrit par l’autre. Toutes deux sont consultantes en entreprise, spécialisées en communication écrite et management, elles animent également des ateliers d’écriture, pour inviter au plaisir d’écrire, l’une à son domicile près de Provins, l’autre en province où elle réside maintenant après plusieurs années vécues dans la région.

L’aéronef des fous:
« 2050: la psychiatrie n’existe plus. Mélanie est sélectionnée pour une expérience thérapeutique. Son objectif : guérir ses troubles étranges.
Déportée sur un aéronef tournant autour de la terre, elle part à la recherche de remèdes dans l’Histoire, de la Grèce antique à l’Italie des années 70 en passant par le Moyen-âge à Provins.
Mais plusieurs obstacles surgissent, des faits troublants vont ternir sa confiance dans le contrat signé avec l’aéronef. Progressivement, elle comprend ce qu’est véritablement le dessein des scientifiques. Il va s’agir pour elle de jouer avec le temps, de résoudre bien des énigmes…Mais sur qui peut-elle compter ? Quel sens ont les mystérieuses disparitions des personnes auxquelles elle s’attache ? Pourquoi les autorités de l’aéronef s’appliquent-elles tant à respecter le ‘‘Couvrefou’’ ? »


Ce voyage à travers le temps qui, sous la plume de ces auteures prend la forme d’une fiction sociale, témoigne des regards portés sur le fou tant par les acteurs anonymes de la société que par certaines grandes figures du soin. On y rencontre Hippocrate et Freud, on y fréquente la chimie contemporaine et les engouements thérapeutiques tels l’hypnose au 19ème siècle, sans oublier les périodes ignorantes de remèdes.
Changements de temps, changements de lieux et de milieux, notre héroïne s’étonne, se bat, s’adapte, espère…dans une quête d’identité où la rupture de communication avec les autres se formule de manière allégorique, par le fait de rejoindre à intervalles réguliers, l’aéronef.
Le scénario suggère par ailleurs qu’une des clés pour les personnes atteintes de troubles psychiques, est la réappropriation du langage, d’un langage…
- Contact: «L’aéronef des fous» - Catherine et Odile Pierron -
9 grande rue, 77560 - Augers en brie.
Adresses électroniques: catpierron@orange.fr – odile.pierron@orange.fr
(01 .64.01.59.29 – 06.87.83.30.92.).

Téléthon: solidaires, avec le Trait d’Union du Montois.


« Le Téléthon, nous disent Betsabé Desantigny et ses équipiers du Trait d’Union du Montois, est la plus importante action de Solidarité locale à laquelle toutes personnes peuvent participer. D'une part, en récoltant des fonds pour l'AFM (Association Française contre les Myopathies) d'autre part, en faisant de la sensibilisation. L'argent récolté servira à financer la recherche contre les maladies rares (qui touchent 3 millions de Français et 25 à 30 millions d'européens !), à améliorer les conditions de vie des malades et de leurs familles ainsi qu'à sensibiliser le grand public à cette problématique ».
Ainsi, est-il possible de participer à cet élan de générosité en participant au repas solidaire au profit de la recherche, ce samedi 1er décembre 2012, salle polyvalente de Donnemarie-Dontilly. Les inscriptions pour ce repas peuvent se prendre jusqu’à ce jeudi 29 novembre à 12 heures, au Trait d’Union du Montois, 2 rue Cottereau. (Autrement, de 9 à 12 heures au 01.60.58.13.64).

Les autres manifestations prévues :
- Un loto, ce vendredi 30 novembre, toujours salle polyvalente, avec buvette sur place et début des jeux à 20h30. (Un carton pour 3€, 3 pour 7€, 7 pour 15€…).
- Vente d’objets le dimanche 2 décembre de 9 à 17 heures. Fabrication de modèles réduits de 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures: de 3 à 10€ selon le modèle.
- Vente d’objets le dimanche 8 décembre, de 9 à 18 heures, cette fois-ci à Casino. Avec le père noël de 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures

Contacts: Betsabé Desantigny, Trait d’Union du Montois, 2 rue Cottereau, 77520 – Donnemarie Dontilly. (Tél/fax : 01.60.58.13.64). (email : trait-montois@orange.fr). www.tu-asso.fr

dimanche 25 novembre 2012

Léo Pierron-Marillier a enchanté le public parisien.


Le 14 novembre dernier, nous annoncions dans notre blog, le récital de violon seul qu’allait donner Léo Pierron-Marillier, église Sainte Claire à Paris. Tout en regrettant de n’avoir pu nous rendre à ce moment privilégié de musique, d’un jeune que nous avions eu la possibilité d’écouter déjà dans le Provinois, nous savons que ce ne sera que partie remise, puisqu’il se produira de nouveau le mercredi 20 février 2013, à 15 heures, hôpital Sainte-Périne, dans le 16ème à Paris. Nous nous ferons alors un plaisir de grossir les rangs des Seine et Marnais, notamment du Provinois, à cette occasion.
À la suite de notre écrit précédent, un commentaire était proposé que nous avons retranscrit et dont on peut prendre connaissance en cliquant sur ‘‘commentaire’’, à la fin de cette annonce d’alors.

À toute fin utile, nous proposons ici même, un ‘‘copié-collé’’ de ce message transmis par une pianiste qui se trouvait au nombre des spectateurs, ce jour là: "Léo Marillier nous a enchantés, dans le sens magique du terme. En particulier dans la clarté des plans sonores de la fugue de Bach et dans les sonorités des caprices de Paganini. C'est d'ailleurs cette recherche continue dans le domaine du timbre qui rend son jeu si passionnant. Le phrasé si naturel aussi, et le sens harmonique que cela révèle. Bref, il a réussi l'exploit de nous tenir suspendus à son archet en tenant la scène à lui tout seul, avec son unique violon pour tout orchestre. La sonate d'Ysaÿe a été extraordinaire, et ce moment restera pour moi inoubliable, comme quelques rares moments de concert dans ma vie, à compter sur les doigts d'une main. La standing-ovation finale a libéré encore plus l'artiste, ce qui a engendré un nouveau crescendo émotionnel. Alors, encore un grand merci pour cette vibration qui nous a tous unis et dynamisés, comme un courant électrique qui vous apporte une énergie positive, et vous illumine...’’.

jeudi 22 novembre 2012

Chatons, chats et chiens à adopter, avec La Main à la Pat’


Les membres de l’association créée en 2007, La Main à la Pat’ qui s’est donné pour objectifs d’héberger en familles d’accueil et aussi de les faire adopter, des chats, chatons, chiens et rongeurs propose une journée d’adoption, ce samedi 24 novembre, aux Serres du Mériot.

Cet été encore, elle a dû assumer au mieux de ses possibilités, la vague d’abandons propres à cette période de l’année, ce dont elle faisait part notamment lors de sa récente assemblée générale qui se déroulait à Hermé. De juin 2011 à juin 2012, ses membres avaient enregistré 123 abandons d’animaux familiers et face à ces abandons, seulement 113 adoptions (pour 126 pour l’exercice précédent).
Cette recrudescence amène Élodie Vicongne la présidente et ses équipiers à refuser chaque jour, des prises en charge, faute de place et de moyens financiers. Heureusement, des partenaires comme les Serres du Mériot, établissements Banry, père et fils, répondent toujours à l’appel avec disponibilité et engagement. Leur surface d’exposition et de vente qui se situe entre Sourdun et Nogent sur Seine, accueillera ce samedi 24 novembre, sur toute la journée, l’opération d’adoption que La Main à la pat’ met en place.
‘‘Nous voulons laisser une chance aux laissés pour compte de l’été, durant lequel nous avons enregistré les abandons de 9 chiens, 1 chiot, 4 chats et 60 chatons. Ce samedi, aux serres du Mériot, nous devrions présenter notamment, 24 chatons qui attendent une famille: ils ont 5 mois et plus et ont bénéficié de la prise en charge de l’association et des soins vétérinaires incontournables. À ce titre, La Main à la pat’ fait profiter aux adoptants des conditions accordées par le vétérinaire, notamment en ce qui concerne la stérilisation.’’

- Contact:
La main à la Pat’, Écluse de Villiers sur Seine, 77114 – Villiers sur Seine.
- Téléphone aux 06.47.67.16.56 (Élodie) et 06.10.91.62.81 (Sabrina).
- Site: lamainalapat.board-poster.com/

« Un jour, c’était la nuit » au théâtre de Nogent sur Seine.


Le Réveil du théâtre, troupe nogentaise, présentera sur les trois journées de ce week-end, vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 novembre, une pièce écrite par Aurore Vaucouloux et intitulée ‘‘Un jour, c’était la nuit’’. Ces trois représentations, à 20h30 les deux premiers jours et à 15 heures le dimanche auront lieu au théâtre municipal.

Après avoir représenté avec succès la pièce de Feydeau, ‘‘Le dindon’’, la troupe reste sur le registre de la pièce de boulevard, avec des personnages décalés, plein d’humour, caricaturaux de toute façon.
Des coulisses où elle a suivi l’évolution de la troupe à laquelle appartenaient ses parents, Aurore Vaucouloux n’a pas manqué d’être imprégnée des ambiances du monde du théâtre et, c’est tout naturellement qu’elle en est arrivée à l’écriture et à la mise en scène, sur une histoire inspirée par son… grand père.

- Renseignements au 03.25.39.00.95 (places à 10 €).

vendredi 16 novembre 2012

Beaujolais nouveau et voitures anciennes, durant ce week-end.


L’un des deux rendez-vous annuels au garage de Louan de Jean-Pierre Legrand est pour ce week-end, samedi 17 de 11 à 20 heures et dimanche 18 novembre de 10 à 19 heures.


Ces portes ouvertes que propose ce jeune retraité amoureux des voitures d’époques, ces belles anciennes qu’il expose à ces occasions (avec pneus, pièces diverses pour voitures récentes et anciennes, permettront d’accueillir le Beaujolais nouveau et de le fêter, avec tact et modération, comme il se doit, mais toujours dans un bel esprit de convivialité.
Dégustation gratuite donc, de Beaujolais et de Champagne offerte par les producteurs, Christian Perras viticulteur-récoltant de Marchampt (04.74.69.00.54 – christian.perras@orange.fr) et Frédéric Torchet propriétaire-récoltant de Plessis-Barbuisse (torchet.fr@wanadoo.fr). Et pour accompagner ces tentations gustatives, les fromages et charcuterie ‘‘ Aux terroirs gourmands » chez Jeannot, avec cassoulet sur demande le dimanche et le midi sur réservation (06.64.36.54.90).
- Pour ces portes ouvertes, contact au 01.64.00.80.09 (Jean-Pierre Legrand).

mercredi 14 novembre 2012

Je suis Doody, si je puis dire…


«Je dois reconnaître que lorsque je suis arrivé dans cette famille, j’étais un peu perdu. Il y avait d’autres chats comme moi, ce qui m’avait attiré mais au début, ils m’ont fait comprendre que je n’étais pas le bienvenu. Ils m’avaient tenu à distance, comme avant eux d’autres que j’avais rencontrés dans le secteur. Je sentais toutefois que leur rejet ne venait pas d’une lutte pour la nourriture car il semblait évident que sur ce plan, ils n’avaient pas spécialement de craintes: quand il y en a pour cinq, il y en a pour six... Plutôt une question de territoire, de surnombre. Et puis pour eux, je devais être l’étranger, l’itinérant, le sans domicile ! Heureusement, les humains qui étaient là m’ont protégé et accueilli. C’est à ce moment là aussi, que je me suis rendu-compte qu’ils pouvaient, ces humanidés, avoir un rôle important pour nous, les chats qui avons une personnalité affirmée mais qui avons néanmoins besoin de l’autre, des autres de leur présence.

J’étais un peu déchiqueté, blessé, le ventre zébré, lacéré. C’est vrai que je ne savais pas me défendre; je ne savais même pas sortir mes griffes et je n’avais qu’une idée, c’était de m’amuser avec les autres en allant à leur rencontre.
Les humains m’ont d’abord emmené me faire soigner et comme ils ne connaissaient pas mon nom, m’ont donné celui de Lost, que le vétérinaire a inscrit sur mon carnet de santé. Lost: d’accord, j’étais perdu mais quand même! Et puis, quand j’entendais ce nom, je ne réalisais pas qu’il était question de moi…



Un jour, ces humains là, faisant des recherches pour s’assurer malgré tout qu’aucune famille ne m’attendait quelque part, ont rencontré ceux qui m’avaient laissé à l’abandon dans un premier temps. À leur réponse, à leur discours, au vu de leur attitude, nous avons tous compris que ces gens là n'étaient pas en situation de me prendre en charge. Toutefois d’eux, ils ont quand même appris qu’avant, je m’appelais Doody. Puis, réalisant que je réagissais à ce nom, ils l’ont adopté en toute simplicité: c'était aussi mes racines... Parfois, avec de l’affection et amusement, ils m’appellent Doody-Lost. J’aime bien. Cela fait comme un trait d’union: il n’est que justice parfois, que les maux des chats se retrouvent dans les mots des humains…

Dans cette maison, je vis désormais en bonne entente avec les autres. On constitue une fratrie et comme dans pratiquement toute fratrie, surtout recomposée, il arrive qu’on se chicore un peu. Il faut bien que je montre aux autres que j’ai appris pas mal de choses, à me défendre entre autres; mais nos chamailleries ne vont jamais bien loin.
Je vous raconterai tout cela par la suite. Pour le moment je profite au maximum du soleil d'automne, surtout le soir, quand je peux m’installer sur sa chaise à Lui (je les appelle Lui et Elle, mais avec des majuscules), d’autant plus que j’aime bien me lover sur ses affaires, comme ses gants de jardin (sur l’une des photos, l’on voit aussi son vieux pull, au dos). Entre nous, depuis peu, j’ai davantage tendance à me replier vers l’intérieur de la maison. Question de température…»


Récital de Léo Pierron-Mariller à Paris ce 18 novembre.


D’Augers en Brie à Paris, où cela faisait très longtemps qu’il ne s’était pas produit, Léo Pierron-Marillier, ce tout jeune artiste soliste a déjà beaucoup découvert le monde. Ce natif de Provins donne rendez-vous pour un festival de violon seul, ce dimanche 18 novembre prochain à 16 heures, en notre capitale, église Sainte Claire, face à la Cité de la Musique. (179 bd Sérurier, métro Porte de Pantin).
À son programme: Passacaille de H. de Biber - Sonate n°1 BWV 1001 de J.S. Bach - Sonate pour violon seul op. 27 n°3 "Ballade" d'E. Ysaÿe - Caprices n° 9 et 20 de N. Paganini. Cela représente une étape particulière dans son parcours, surtout dans la mesure où beaucoup d’interprètes plus confirmés ne se risquent pas à cet exercice bien particulier du récital pour violon seul qui expose grandement l’artiste.
- Entrée libre et de même, libre participation aux frais. Contact aux 01.64.01.59.29 et 06.87.83.30.92.

Un beau parcours:
Nous proposons cette première approche de son itinéraire musical déjà exceptionnel:

‘‘Débutant le violon à l’école de musique de sa ville natale, Provins en l’occurrence, il est déjà lauréat à l’âge de 12 ans de plusieurs concours internationaux dont le prestigieux concours
Tchaïkovski pour jeunes musiciens. Grand Prix et prix spécial Mozart du concours Balys
Dvarionas, il est invité pour la première fois à jouer en tant que soliste avec orchestre à l'âge de 13 ans en Lituanie et en Allemagne et plus récemment avec une phalange de l’Orchestre
Symphonique de Vienne. Il participe en tant que jeune talent soliste à plusieurs festivals dont le 61ème Festival de Menton et le 39ème Festival des Arcs et se produit régulièrement en récital en France et à l'étranger. Formé par Larissa Kolos au CNR de Paris, il étudie actuellement dans la classe d’Alexis Galpérine au CNSM de Paris et rencontre en master-classes notamment, Miriam Fried, Jean-Jacques Kantorow, David Grimal et Stéphane Tran Ngoc. Il sera prochainement publié chez Delatour-France pour sa transcription originale pour violon et piano d’une œuvre de Liszt.’’

mardi 13 novembre 2012

Le 23ème Salon des antiquaires de Nogent sur Seine.


Le Lions Club de Romilly-Nogent sur Seine organise son 23ème Salon des antiquaires, en cette fin de semaine, à l’Agora Michel Baroin de la sous-préfecture de nos proches voisins aubois. Ce salon se déroulera vendredi 16 de 14 à 19 heures, samedi 17 de 10 à 19 heures et dimanche 18 novembre de 10 à 18 heures. L’inauguration aura lieu le vendredi à 19h30.

‘‘Ce 23ème salon des antiquaires, nous assure Maryse Mahdjoub, c’est aussi pour le club de Romilly-Nogent) la principale source de revenus qui, avec le loto, est destinée à leurs actions sociales, au nombre desquelles, l’aide au financement d’acquisition de matériel et frais de stages pour les jeunes du Verger fleuri, les vacances chaque année pour un douzaine d’enfants défavorisés, l’aide aux ADMR, aux clubs sportifs scolaires et au financement d’étudiants bacheliers’’.

Pour le moment et en ce qui concerne le salon de cette fin de semaine, une cinquantaine d’exposants ont déjà pris leurs marques et la liste d’attente s’allonge. Il faut savoir que les antiquaires ou exposants payent leur emplacement mais surtout, ils viennent avec des articles de qualité ce qui donne aux visiteurs l’envie de revenir d’années en années. Par ailleurs, une tombola est organisée.
- Renseignements auprès du Lions Club par téléphone au 06.88.67.37.77 ou sur www.lionsclubromillynogent.fr

Le Lions Club :
C’est le plus grand club service au monde avec 1 300 000 membres répartis dans 200 états. Celui de Romilly-Nogent compte 27 membres, femmes et hommes.
Parmi les actions, à titre d’exemple, l’apport de 15 millions de dollars aux victimes du Tsunami de Fukushima, somme qui fut gérée sur place par les Lions locaux – Des actions d’intérêt général comme ‘‘Les cannes blanches’’ dans la lutte contre la cécité évitable – Au niveau national, mobilisation des 32000 membres du Lions Club de France, au téléphone, pour recevoir les collectes de dons durant tout le week-end des 7 et 8 décembre, dans le cadre du Téléthon – Aide aussi au financement dans le cadre de la recherche concernant la maladie d’Alzheimer ainsi qu’au niveau de l’ARSEP – Participation au fonctionnement de la bibliothèque sonore de Troyes – Banque alimentaire…

Les partenaires du Lions Club (sponsoring), sont les commerçants, artisans, entreprises qui par leur aide et les publicités constituent une part importante des bénéfices, sans oublier l’assistance matérielle et logistique avec les employés de l’Agora Michel Baroin, les enseignants qui laissent leurs locaux à disposition, la presse écrite et radiophonique… Présence aussi toujours très appréciée des élus, dont le maire Gérard Ancelin accompagné parfois de François Baroin, ce qui atteste de l’intérêt de cet événement mais encore d’une vraie volonté de terrain.

On notera aussi que l’an passé, le club local aura donné plus de 3000 heures de travail et temps bénévole et aura financé ses œuvres sociales pour 25000 euros.

dimanche 11 novembre 2012

L’anniversaire de l’Armistice de 1918, célébré à Saint Brice.


La date anniversaire du 11 novembre a été marquée à Saint Brice, par une cérémonie au Monument aux Morts, cérémonie à laquelle participaient les habitants de la localité au nombre desquels des écoliers et leurs parents, une section de jeunes cadets (et cadettes, si l’on nous autorise le féminin pour les demoiselles) dont on ne peut qu’espérer qu’ils renforceront un jour le corps des sapeurs pompiers volontaires et pourquoi pas professionnels.

Ces jeunes étaient en compagnie de leurs aînés les encadrant. Complétaient l’assistance, quelques élus que d’aucuns espèrent toujours voir en plus grande proportion (mais les 6 qu’ils étaient, maire et adjoint compris, situent quand même le village dans la bonne moyenne de fréquentation), et trois musiciens de l’Orchestre d’Harmonie du Provinois apportant un éclat supplémentaire à cet hommage aux Aînés morts pour le pays, tant par leur présence que par leur prestation.
Nous communiquons deux des photos qu’un correspondant blogueur nous a transmises, en précisant au passage que nous nous autorisons volontiers à évoquer cet événement, même si nous en avons été absents. Il suffit, on le sait bien (à l’exception d’esprits mal embouchés), de détenir des éléments de bonne foi et de les avoir corroborés, pour aborder un sujet.
Au terme, tout le monde fut convié à partager friandises, café et chocolat chaud, dans un esprit de convivialité et en souvenir de ceux qui durant les quatre années de guerre qui précédèrent l’armistice du 11 novembre 1918, avaient donné leur vie à leur pays.


La fin d’une guerre meurtrière:
Toutes les guerres sont meurtrières et ce semble une lapalissade que de l’écrire. Il faut dire cependant que cette guerre qui marquait le début du 20ème siècle, la fameuse ‘‘Grande guerre’’ (qui débuta à l’été 1914 pour prendre fin à 11 heures, le 11 novembre 1918, et dont nous venons de fêter le 94ème anniversaire), fut particulièrement meurtrière: rien que pour la France, 1 500 000 morts, 4 200 000 blessés et 530 000 disparus et prisonniers. Pour l’ensemble des pays belligérants (on en retient généralement 17), 8 600 000 morts, 21 000 000 blessés et 770 000 disparus et prisonniers.

- Ce 11 novembre que nous venons de connaître avait une dimension particulière, en ce sens qu’il se voulait une célébration de la Paix retrouvée et aussi un hommage, non seulement aux Morts de 14/18, mais à ceux de tous les conflits que nous avons connus, sans pour autant, comme le stipule la loi votée le 28 février dernier , restreindre le caractère de commémoration des autres grandes journées nationales. Ce que ne manqua pas de préciser le ministre délégué auprès du ministre de la Défense en charge des Anciens Combattants et ce qui fut rappelé dans la lecture des messages.

samedi 10 novembre 2012

Vrai ou faux ? Attention, prudence avant de relayer une info.


Il arrive que des correspondants, blogueurs et/ou amis, vous envoient des messages qu’ils ont relayés en toute bonne foi. Il se peut aussi qu’avec cette même bonne foi, l’on soit tenté, spontanément, de les diffuser à son tour…


Même les journalistes qui ont pourtant lors de leur formation, appris qu’il faut toujours corroborer une information (corroborer: fortifier, confirmer, prouver, renforcer, attester, établir, assurer, vérifier, justifier, certifier, garantir, valider… les synonymes ne manquent pas !), s’y laissent prendre pratiquement tous les jours, ce que l’on peut constater dans les différents médias, tant dans la presse écrite que radiophonique ou télévisuelle…
L’on peut comprendre alors que des personnes qui ne sont pas rompues à ce travail de vérification (à défaut d’engager une investigation), soient tentées de relayer ces informations reçues, avec le sentiment même, d’accomplir un acte utile, concerné, généreux. Il faut leur recommander de la prudence et avant même de diffuser, prendre un minimum de renseignements auprès de services compétents.
(Ceux que l’on pourrait blâmer seraient plutôt les individus qui sciemment sont à l’origine de ce qu’il convient d’appeler des canulars, certains avec l’envie d’en rire, de jouer un bon tour, d’autres malheureusement avec l’idée de nuire).

Quelques exemples parmi les plus récents:
- Cette fillette dont on annonçait il y a déjà plusieurs mois la disparition, photo à l’appui accompagnée du témoignage et appel au secours de la maman. En participant à la propagation de cet appel, l’on pouvait penser participer à une démarche solidaire, citoyenne, bienveillante. Or, renseignements pris auprès des sources les plus sérieuses, identifiées et responsables, il fallait reconnaître que l’on avait affaire à un canular.
- Cette indication qu’un e-mail vous apporte pour vous suggérer la bonne attitude à avoir s’il arrivait qu’un jour, l’on vous force sous la contrainte, à retirer de l’argent avec votre carte, à un distributeur bancaire: faire le code de votre compte à l’envers, ce qui amène vous assure t’on, la machine à vous donner l’argent, mais en bloquant votre carte et en prévenant automatiquement les services de police qui interviennent immédiatement. Renseignements pris, là aussi auprès des services les plus sérieux et compétents, cette indication est tout à fait erronée, même si l’on vous assure qu’elle a été mentionnée à la TV. (De toute façon, techniquement, cela n’aurait pas de sens!).
- Cette phrase que l’on attribue, par voie d’e-mail aussi, au Brésilien Drauzio Varella, dont on assure qu'il est prix Nobel de médecine: ‘‘ Dans le monde actuel, on investit cinq fois plus en médicaments pour la virilité masculine et en silicones pour les femmes, que pour la guérison de l’Alzheimer. D’ici quelques années, nous aurons des vieilles aux gros seins et des vieux aux pénis bien raides, mais aucun d’eux ne se souviendra à quoi ça sert!’’.
Après recherches, nous pensons pouvoir dire que cet oncologue par ailleurs chroniqueur de presse écrite, n’a pas été prix Nobel de médecine et nous n’avons trouvé aucune référence qui atteste qu’il est bien l’auteur de cette phrase. Certes, cette citation a de la pertinence et l’on peut imaginer que l’initiateur de sa première diffusion avait l’intention de lui donner davantage de poids, de crédit. Du coup, lorsqu’on vérifie l’authenticité de la chose, l’on risque d’avoir l’effet inverse.

Anne Saulas, Françoise Blouin et Michel Mars, salle des Capucins à Coulommiers.


Il reste jusqu’au dimanche 18 novembre pour voir l’exposition des tableaux d’Anne Saulas, et des céramiques de Michel Mars et Françoise Blouin, salle du Parc des Capucins, à Coulommiers. L’association ‘‘Le Valentin’’ y proposait le vernissage, samedi dernier, en présence de Franck Riester le maire et Véronique Maassen, son adjointe.

Anne Saulas s’est remise à la peinture à la fin des années 90, passion de jeunesse qui l’habitait toujours et son plaisir est de donner vie, sur ses toiles aux animaux les plus divers, familiers et autres. L’aquarelle lui permet d’exprimer cet élan et elle apprécie d’autant mieux que la salle d’exposition domine un parc somptueux où s’ébattent des sociétaires permanents du parc, aux superbes plumages.
Dans cette salle, elle partage l’espace, les volumes, avec Françoise Blouin et Michel Mars, ce couple qui excelle dans le domaine de la céramique d’art à partir de techniques qui leur sont propres, de terres enfumées sans émail. En fait, ces artistes se connaissent bien, ayant eu l’occasion d’exposer ensemble à plusieurs reprises déjà, notamment à Rozay en Brie et Gretz sur Loing.
- Contacts : Téléphone de la salle au 01.64.65.03.50 (jeannine.muller77@orange.fr). Exposition visible tous les jours de 14 à 18 heures, sauf le mardi.

vendredi 9 novembre 2012

Fenêtres sur l’Art contemporain, dans Donnemarie.


La 8e édition de Fenêtre sur l’Art (www.fenetresurlart.org) se déroulera du 10 au 17 novembre 2012. Effectivement, une fois de plus, la rue principale de Donnemarie- Dontilly devient sur cette grande semaine, une galerie d’art à ciel ouvert.

Galerie d’art contemporain dont le vernissage se déroulera ce samedi 10 novembre avec rendez-vous au pont de l’Auxence, rue Marie Chaubard. Doublant ce moment certainement un rien officiel, un ‘‘finissage’’ probablement plus convivial et en présence aussi des artistes mettra un terme à cette manifestation, le samedi 17 novembre vers 18 heures, du côté de la Halle.
Seront exposées 150 œuvres, peintures, sculptures, photographies, vidéos, installations, tant aux fenêtres des maisons, que dans les vitrines des magasins, ou encore sur les murs avec affiches, photos, projections vidéo… Ces dernières, à la tombée de la nuit, seront particulièrement mises en valeur par un éclairage de circonstance. La halle et le cloître accueilleront des œuvres dimensionnées et des installations.


Du nouveau.
Au nombre des évènements de cette année, une vidéo de Pierrick Sorin, de grands papiers découpés signés Delfine Ferré au cloître, une installation à la halle de Catherine Ursin sur les violentes faites aux femmes, mais aussi un vernissage animé par les jongleurs poètes de la Cie Les Yeux fermés et par les fulgurantes improvisations du clarinettiste basse Kolo,… sans oublier cinq séances de cinéma sur l'art contemporain !
- Contacts: Emmanuel Thévenon : 06.07.39.50.74 (thevenon.emmanuel@gmail.com) - Vincent Barthe : 01.60.58.72.49.
- Fenêtre sur l'Art : Site web : www.fenetresurlart.org ( Page Facebook : http://fr-fr.facebook.com/fenetresurlart)

samedi 3 novembre 2012

Les concerts et expositions de ‘‘Champ’Art Music Festival’’.


Après les premiers concerts donnés le 6 octobre dernier au CAMAC de Marnay sur Seine, le samedi 20 octobre à la Salle des Fêtes de Faux-Villecerf et ce samedi 3 novembre, grange aux histoires de Courtioux, chacun de ces concerts s’accompagnant d’une exposition d’œuvres d’art, le ‘‘Champ’Art Music Festival’’ organisé par le Pays de Seine en Plaine champenoise, en partenariat avec la MJC de Romilly-sur-Seine et l'Association Les Musicales du Quai de la Pallée, va poursuivre avec trois autres concerts. À chaque fois, ces concerts seront associés à une exposition d’art contemporain, dans le cadre de ce festival itinérant.

Les concerts à venir:
- Vendredi 16 novembre à 20H30 : Vertigo à Gélannes (Salle des fêtes).
- Samedi 1er décembre à 20H30 : Strike Unit à Saint-Martin-de-Bossenay (Brasserie).
- Samedi 15 décembre à 20H30 : Pol Mac Déon à Nogent-sur-Seine (Théâtre)...

Contact auprès de Rieule Mahot au 03.25.25.20.71 ou 06.85.13.66.70.
- Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine, 53 rue des Fossés, 10400 – Nogent sur Seine.
Tel. Fax : 03.25.39.42.07.

Courriel : otnogentaisvalleedeseine@wanadoo.fr
Site Internet : www.tourisme-nogentais.fr
Sur Facebook : http://www.facebook.com/OTNVS

Les cérémonies de l’Armistice du 11 novembre, à Provins.


Le 94ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre se déroulera à Provins, en présence des représentants des associations patriotiques, des musiciens de l’Entente Musicale Provinoise, des autorités civiles et militaires et à l’invitation de Christian Jacob, député-maire de la ville, le dimanche 11 novembre prochain.

Son déroulement :
- 9h30: Rassemblement dans l’enceinte du cimetière Ville haute, avec montée des couleurs, dépôt de gerbes par les autorités, dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu et dépôt de fleurs par les enfants, sur les tombes des militaires.
- 10h15: Cérémonie au Monument aux Morts du Square de Verdun, avec les allocutions, les dépôts de gerbes et le défilé vers Saint ayoul par la rue Saint Croix, la rue de Pré aux Clercs, la place du Cloître, la rue Notre Dame et la place Saint Ayoul.
- 10h30: Messe en l’église Saint Ayoul.
- 12 heures: vin d’honneur offert par la municipalité au Petit Théâtre de la place du Cloître.

Un car sera à la disposition des invités, avec rendez-vous à 8h15, devant le garage Ford.

Bientôt, cent œuvres de Jacques Ségal, Hôtel de Savigny.


Jacques Ségal, peintre, dessinateur, graphiste qui réside actuellement dans le Val de Marne a étudié le dessin publicitaire aux Arts appliqués à Paris. Il fut un élève de Mac Avoy, ce portraitiste qui fut son devancier et que l’on situait dans la lignée des grands maîtres du siècle précédent.

Jacques Ségal s’exprime à travers diverses techniques, huile, aquarelle, fusain, crayon, pastel mais aussi collages, juxtapositions, gravures… sur des thèmes où l’on retrouve l’humain avec des portraits et de nombreuses études sur le nu, l’animal avec comme sujets de prédilection les chevaux et les chats, les paysages, les natures mortes, des marines…
Il exposera un centaine de ses œuvres du samedi 24 novembre au dimanche 9 décembre, dans les salons de l’Hôtel de Savigny, 1 place du châtel en ville haute à Provins. Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14 à 18 heures et le week-end de 13h30 à 18h30.
Le vernissage, à l’invitation du député-maire Christian Jacob et de son adjointe Chantal Baïccochi interviendra le samedi 24 novembre à partir de 18 heures.
- Contact:
01.45.94.26.41 (atelier de Jacques Ségal) et jacques.segal@wanadoo.fr

mardi 30 octobre 2012

Un jour, une photo: un greffier, le chat ?


Quand on évoque le terme de ‘‘greffier’’ pour parler d’un chat, l’on pense généralement à notre littérature, dans laquelle il a pris place avec des fortunes diverses. Si l’espèce existe depuis plus de 40 millions d’années, si le nombre de nos amis chats est estimé à plus de 40 millions en Europe, l’on sait que le chat tel que nous le connaissons actuellement, ou du moins très proche, est à nos côtés depuis à peu près 2000 années avant notre ère.

Alors qu’il était adoré en Égypte dès le départ, l’apparition du chat dans notre littérature ne remonte en effet qu’au Moyen Âge. Discrètement, parce que mal aimé durant toute cette période, il faudra attendre la Renaissance pour le voir réhabilité par des écrivains et poètes tels que Pétrarque qui meurt la tête posée sur le sien ou Joachim Du Bellay… En 1869, paraît ‘‘Les chats’’ de Jules Champfleury, une bonne référence sur ce que l’on savait du chat à l’époque et révélant la place privilégiée qu’il avait pris dans les milieux cultivés.
Au 20ème siècle, le nombre d’auteurs donnant de l’importance au chat dans leurs œuvres s’est nettement accru. L’on pense notamment à Colette, Alain Fournier, Pierre Loti… et nombreux autres tels ceux qu’évoque Catherine Jajolet dans deux de ses livres, ‘‘ Chat Plumes‘’ et ‘‘ Chat Huppé’’, avec les commentaires d’une soixantaine de personnalités qui parlent de leurs chats !

Le chat de nos bureaux.
C’est en se basant sur cette littérature que l’on considérera que l’on a fini par associer le chat au greffier et plus que de retenir que c’est un terme à connotation argotique, nous préférons comme nous le disait Jean-Pierre Djivanidès il y a peu (celui dont le ‘‘Provins, Cité médiévale’’ va sortir prochainement), penser que c’est en rapport à la griffe. Comme le greffier qui appose sa griffe sur les documents officiels, il n’est pas rare en effet que nos amis chats nous tiennent compagnie en occupant la place la plus importante sur nos bureaux et souvent sur le document auquel nous mettons la dernière main. (Pardon ! La dernière griffe…). On rapporte par ailleurs que la fourrure de certains chats comporte un plastron blanc sur le poitrail, comme le rabat-bavette que les greffiers portaient sur le jabot de leur robe noire, jusqu’au début du siècle dernier…

Et pourquoi pas ce petit détour par Brassens qui, outre son ‘‘Quand Margot dégrafait son corsage, pour donner la gou-goutte à son chat …’’ dédia plusieurs vers à la gent féline dans sa chanson ‘‘ Le Testament’’:
«Qu’il boive mon vin, qu’il aime ma femme, qu’il fume ma pipe et mon tabac
- Mais que jamais, mort de mon âme, jamais il ne fouette mes chats
- Quoique je n’ai pas un atome, une once de méchanceté
- S’il fouette mes chats, y’a un fantôme qui viendra le persécuter. »

vendredi 26 octobre 2012

L’A.A.N. et la Foire de Saint Simon de ce 28 octobre.


L’Association Artistique du Nogentais multiplie les événements d’importance et, après son 44ème Salon de mai dernier au Pavillon Henri IV, salon dont l’invité d’honneur était Jacques de Motier, alors que l’on a jusqu’à ce dimanche 28 octobre les peintures de Bernard Hazouard sur les cimaises de ce site, l’on peut également sur cette fin de semaine, Galerie de la Halle, faire un inventaire plutôt complet et riche de la production de l’ensemble de ses artistes.

Le vernissage de cette exposition présentant les œuvres d’une quarantaine d’entre eux, eut lieu vendredi dernier et l’on s’attend à la grande affluence, ce dimanche 28 octobre, dans le cadre de la Foire de la Saint Simon. L’invitée mise à l’honneur cette fois est Krystyna Charlot-Grosz qui présente au public une vingtaine de ses toiles peuplées de personnages qui lui sont chers et qui ont de toute évidence peuplé son enfance, sa vie, et à travers lesquels elle traduit ses émotions, ses émois, ses interrogations…


Au nombre des artistes qu’elle compte sur sa palette, Maryse Mahdjoub permet à plusieurs Seine et Marnais de se mettre en scène comme Josée Bienfait, Nelly Rondeau, Christiane Guerquin et parmi eux notamment, Émile Camus le maître-verrier de Villiers Saint Georges et Alain Ory de Chenoise accompagné lui-même de deux de ses amis artistes, Caroline Batogé et Damien Labridy. Les uns et les autres animeront d’ailleurs des stands qui se situeront devant la Halle et sur la place de l’église Saint Laurent.

Des cartes ‘‘ Amis de la peinture’’ seront à disposition à partir de 5€ et une tombola avec billet à 1€ permettra lors du tirage qui aura lieu dimanche à 17 heures de gagner plusieurs œuvres offertes par les artistes. De plus, une œuvre de Mme Boudinet sera mise aux enchères (100€).

- Renseignements : Association Artistique du Nogentais – 06.88.67.37.77 et 03.25.24.88.12 (Service culturel).

vendredi 19 octobre 2012

Concerts et expositions avec le Champ’Art Music Festival.


Après le premier concert donné le 6 octobre dernier au CAMAC de Marnay sur Seine, concert allant de paire avec une exposition de Triveni, le ‘‘Champ’Art Music Festival’’ organisé par le Pays de Seine en Plaine champenoise, en partenariat avec la MJC de Romilly-sur-Seine et l'Association Les Musicales du Quai de la Pallée de cette même localité, se poursuit avec un prochain concert prévu pour ce samedi 20 octobre à 20h30 à la Salle des Fêtes de Faux-Villecerf (concert avec entrée gratuite).

Au programme de cette soirée musicale, le groupe ‘‘ Jala Mano’’ et une exposition des œuvres d’Iztok Sostarec. Le groupe est habituellement constitué de Mohammed Halata , chant, mandole, guitare, compositions, de Teddy Moire, basse, de Johann Vigon percussions africaines et orientales et de Raul Gularte, percussions latino américaines.
Cet ensemble veut présenter une musique vivante aux sonorités acoustiques une musique sans barrière, d’autant plus que la pluralité des cultures de ses membres, Algérie, Uruguay et France atteste d’une belle aventure humaine.

Iztok Sostarec.
C’est alors qu’il était en résidence au CAMAC de Marnay sur Seine, il y a un peu plus de trois ans, que ce Slovène d’origine s’attache au Nogentais. Il est aux dernières nouvelles, installé à Romilly sur Seine et l’on a pu voir déjà ses réalisations exposées, notamment au château de la Motte Tilly et au CAMAC, centre d’art de Marnay-Art-Centre. Après avoir étudié le design industriel, avoir travaillé comme décorateur dans le monde du théâtre, il a abordé la peinture et la sculpture en y associant des matières et matériaux divers.

Une série de concerts.
Quatre autres concerts gratuits de musiques contemporaines, chacun concert étant associé à une exposition d'art contemporain de même, seront proposés dans le cadre de ce festival itinérant:
- Samedi 3 novembre à 20H30 : Ginkgo Beloba à Courtioux (La Grange aux Histoires).
- Vendredi 16 novembre à 20H30 : Vertigo à Gélannes (Salle des fêtes).
- Samedi 1er décembre à 20H30 : Strike Unit à Saint-Martin-de-Bossenay (Brasserie).
- Samedi 15 décembre à 20H30 : Pol Mac Déon à Nogent-sur-Seine (Théâtre)...

Contact auprès de Rieule Mahot au 03.25.25.20.71 ou 06.85.13.66.70.
- Office de Tourisme du Nogentais et de la Vallée de la Seine, 53 rue des Fossés, 10400 – Nogent sur Seine.
Tel. Fax : 03.25.39.42.07.
Courriel : otnogentaisvalleedeseine@wanadoo.fr
Site Internet : www.tourisme-nogentais.fr
Sur Facebook : http://www.facebook.com/OTNVS

jeudi 18 octobre 2012

« Les enfants de nos campagnes » exposés à Courton le haut.


Le vernissage de ‘‘ Les enfants de nos campagnes’’, exposition déjà vue durant l’été, hôtel de Savigny, l’année passée, conçue et réalisée par la Commune libre de la Ville haute de Provins, et actuellement proposée chez Les Écoliers de Saint Loup – Centre de conservation et de recherche sur l’histoire de l’École, école de Saint Loup de Naud, 77650 – Courton le Haut, s’est déroulé le mercredi 10 octobre dernier.
Cette exposition sera ouverte au public les dimanches 21 octobre, 25 novembre, 16 décembre, 27 janvier 2013 et 24 février suivant, de 14h30 à 17h30.

mercredi 17 octobre 2012

Un jour, une photo, des poupées…


Ces poupées méritaient le détour. D’année en année, d’une manifestation à l’autre, la collection personnelle, privée de Mmes Massol, Brigitte et Josianne, directrice et animatrices de la Résidence Personnes Âgées ‘‘Les Jardins du Marais ‘’ de Longueville, prend de l’importance.

Dans le cadre de cette Semaine bleue nationale des retraités et des personnes âgées, leurs collections, regroupées en quatre thèmes avaient été mises en scène, dans un des studios libre de la résidence. Les visiteurs de ce mercredi, tout comme les enfants des écoles sur chaque après-midi de la semaine, ont pu admirer cet ensemble, certains comme ceux des classes les plus jeunes s’extasiant devant la poupée Dora dans le coin dînette, d’autres devant la superbe collection de poupées ‘‘clowns’’, ou devant la reconstitution d’une classe, où le mauvais sujet était affublé du bonnet d’âne et où le livre de morale civique et citoyenne figurait en bonne place. Très remarquée aussi, fut la composition faite autour de la musique, avec un orchestre de poupées jouant d’un instrument et une exposition de saxophones, accordéons, violons, harmonicas, cors d’harmonie et autres, dans leurs étuis…

Pendant ce temps là, dans le salon, au rythme d’une chanson on se risquait à quelques pas de valse ou à contribuer à la réalisation d’une œuvre peinte collective, avec des artistes de l’association Job’Arts de Chenoise.

Atelier et soirée thématique, ce jeudi, pour le Forum de l’eau.


Dans le cadre de ce Forum de l’eau que nous évoquions précédemment, ce jeudi consacrera deux temps forts à ce grand sujet qui fait débat.

- ‘‘Gestion des débits des rivières’’ sera un atelier proposé et animé par l’Établissement public territorial de bassin Seine Grands Lacs. Cet atelier aura pour objectif de faire comprendre le rôle des grands lacs, avec de façon interactive, power-point éducatif, film et quiz, la découverte du rôle des grands lacs de Seine gérés par cet organisme. Les enjeux de l’EPTB étant de garantir la ressource en eau potable, favoriser la production d’énergie et l’activité industrielle…

- Le deuxième temps fort sera la soirée thématique prévu à 20h30, dans le grand théâtre du centre culturel. Il sera question des ‘‘enjeux de l’eau pour le 21ème siècle’’, soirée en deux séquences, avec une conférence donnée par Sylvie Brunel, géographe professeur à Paris-Sorbonne et auteur d’ouvrages sur les thèmes liés au développement durable. Bien sûr, elle y traitera essentiellement de l’eau, dans tous ses aspects.

- Un débat suivra avec l’intervention de nombreux spécialistes de l’eau, tant scientifiques que politiques, afin du fait de leurs expertise, de dresser une vue d’ensemble des problématiques liées à l’eau.
(Informations au 01.64.00.13.58.)

mardi 16 octobre 2012

Un jour, une photo et deux prix pour Jean-Louis Galy.


Nous évoquions, la semaine passée, cet artiste peintre descendu d’Alsace en compagnie de son épouse et se retrouvant avec leur fille résidant en seine et Marne, pour le Tournoi de chevalets, ce concours ouvert aux artistes amateurs (cette année, il en comptait une bonne trentaine) et dont les résultats furent proclamés le soir même, à la Roseraie de Provins.
Rencontrant Jean-Louis Galy et les siens, au matin de ce tournoi, alors que sur la pause de midi, ils pique-niquaient sur place au soleil, nous lui disions combien nous aimions son œuvre en cours de réalisation. Nous ne pouvions savoir que le soir même, il se verrait attribuer le premier prix dans la catégorie ‘‘Aquarelle’’ et aussi le Prix spécial du Jury. Une belle anticipation et un grand bravo à cet artiste de Dambach La Ville !
Les autres gagnants (REP de ce dernier lundi), furent Leyan Merar premier prix chez les jeunes talents, Michel Holtz premier prix dans la catégorie huile et acrylique et Robin Rogers chez les adeptes du pastel.

Cinéma d’animation à Rupéreux, début novembre.


Un stage de découverte sur le cinéma d’animation est proposé le lundi 5 et le mardi 6 novembre prochains, à Rupéreux, 11 Route de Courchamp.
La participation demandée sera de 15 € pour les familles et 10 € pour les autres enfants. Inscriptions obligatoirement avant le lundi 29 octobre. Place limitées.
- Contacts aux 06.87.24.35.47 et 01.60.67.72.29.
Les Arts en Boule. Tél. : 01.60.67.72.29 - Fax : 01.60.67.63.52 - Mail : contact@artsenboule.com
Site : www.artsenboule.com

lundi 15 octobre 2012

Un jour, une photo: Dominique, Denis et Francis en musique.


Dès ce début de soirée, au bar du César hôtel, il fallut aller chercher d’autres chaises pour des convives-mélomanes venus en nombre. Et avec un bel entrain, les hôtes s’y sont collés, entourés de leurs équipiers.

Peut-être n’avait-on pas auguré, malgré les indications optimistes venues de toutes parts, nous confirmant que le Trio « Chez Denis » jouissait d’un crédit de notoriété lié certes, aux individualités le constituant, mais aussi au fait que l’on avait grandement pronostiqué que leur association ne pouvait qu’avoir cette chimie qui allait séduire et faire passer un excellent moment ?
Toujours est-il, qu’outre leur talent à vivre et nous faire partager de beaux textes servis par de belles harmonies, ils nous renvoient une image chaleureuse et bienveillante, avec simplicité et gentillesse, sans redondance. Au fond, on les sent être nos amis et on a le sentiment d’être les leurs. Ils gomment même les possibles tentations superfétatoires qui pourraient subsister de ci de là…
Pour notre part, nous les avons quittés sur un « Besame mucho » chanté par Dominique, alors qu’à la reprise, elle avait interprété déjà deux ou trois chansons. C’était après la pause avant laquelle Denis et Francis nous avaient gratifiés d’un copieux amuse-bouche instrumental.
Désormais, en entendant cette chanson de Consuelo Velázquez, nous viendront à l’esprit des noms comme Cesaria Evora, Roberto Alagna, Dalida, Andrea Bocelli, Diana Krall et … Dominique, accompagnée comme l’annonçait Denis en personne, par Francis à la guitare et lui-même à la contrebasse.

En prime, nous vous livrons ces quelques pensées livrées par Françis et relayées par Denis:
- "La musique, c'est du bruit qui pense" (Victor Hugo)
- "Là où est la musique, il n'y a pas de place pour le mal" (Miguel de Cervantès)
- "La musique doit humblement chercher à faire plaisir" (Claude Debussy)
- "On ne vend pas la musique. On la partage" (Leonard Bernstein)
… mais faut bien manger ! (Cet additif étant de Francis).
Nous pensons aussi à Bob Marley qui, dans l’une de ses chansons disait que ‘‘La musique peut rendre les hommes libres’’.

dimanche 14 octobre 2012

Une grande semaine, pour s’immerger au cœur de l’eau.


Le 9ème Forum conçu par Prisme communication et animé par Terre avenir, portera sur l’eau. Il se déroulera au Centre culturel et sportif de Provins, de ce lundi 15 au mardi 23 octobre suivant.

Tous les ans, ce grand rendez-vous dont les initiatrices sont Marie-Christine Garnot et Sophie Ferté, traite d’un grand thème de société. En ce mois d’octobre, il sera question de l’eau: «Comment faire face au manque d’eau douce, demain ? Comment répondre aux besoins de plus en plus importants ?...»
Ce forum se propose de répondre à ces questions de même qu’à celles que l’on peut se poser sur cette problématique mondiale. C’est en premier lieu, une grande exposition ouverte à tous, sur plus de 500 m². Concrète, accessible à tous, ludique et laissant une large part aux maquettes et manipulations, cette exposition est organisée autour de quatre pôles: l’eau et le milieu naturel – L’eau et l’agriculture – Les usages de l’eau – L’eau dans le monde.

Durant toute cette grande semaine à venir, il comportera comme d’habitude, des ateliers pédagogiques réservés au public scolaire et sur réservation. Au nombre de ces ateliers: d’où vient l’eau que nous buvons ? – Ces petites bêtes qui racontent la qualité de l’eau – Gestion des débits des rivières – Belle à boire, bonne à boire ? Pourquoi protéger notre environnement ? – Il court, il court le polluant: le rôle des bandes enherbées – L’eau dans les procédés tinctoriaux: simple solvant ou réactif ?
Cette disposition participe à la diffusion de la culture scientifique et à l’éducation au développement durable. Il s’adresse à tous les publics : scolaires, lycéens, grand public, élus…et accueille chaque année plus de 3 000 personnes dont 70 classes sur rendez-vous.

Nous annoncerons jour après jour expositions, après-midis scientifiques, conférences débats, visites de sites, autant d’éléments dont est riche ce programme très varié, ludique et pédagogique, plébiscité par la Direction Régionale de la Recherche et de la Technologie, l’inspection académique.

Dès ce lundi 15 octobre:
Atelier «D’où vient l’eau que nous buvons ?», animé par Véolia avec pour objectif de découvrir le cycle local de l’eau, d’où elle provient, comment elle est traitée pour devenir potable, comment elle arrive sur notre robinet, pourquoi elle a un goût, avec des expériences ludiques et pédagogiques.

Le lendemain, mardi 16 octobre, l’atelier animé par la Fédération de la pêche aura pour sujet: «Ces petites bêtes qui racontent la qualité de l’eau» ou, comment découvrir les bio indicateurs de l’eau, invertébrés aquatiques prélevés dans la Voulzie avec observations en aquarium et à la loupe binoculaire avec planche et tableau d’indice de qualité…
On n’oubliera pas, ce même mardi 16 à 14 heures, dans le cadre des après-midis scientifiques, l’intervention de Pierre Ribstein, hydrologue, professeur à l’université Pierre et Marie Curie, avec «L’eau douce dans le monde: une ressource limitée pour des besoins croissants».

- Contacts: 01.64.00.13.58 et 06.08.21.26.55.

vendredi 12 octobre 2012

Un jour, une photo: le dimanche des Galy.


Les armes de ces chevaliers de la toile, ne sont autres que leurs pinceaux, crayons à mine graphite, brosses et autres plumes et, ils se retrouvent tous les ans pour ce grand tournoi, pour cette grande journée de peinture à Provins.

Cette année, quatre catégories étaient récompensées: huile et acrylique – Aquarelle, lavis, dessin, collage – Pastel – Et un prix jeunes jusqu’à 17 ans. Ce tournoi reste exclusivement réservé aux artistes amateurs et le retour des œuvres se faisait à la Roseraie de Provins, à 16 heures.

En ville basse, à quelques pas de l’église Saint Ayoul, sur le temps de pause-déjeuner de midi, un aquarelliste du Bas Rhin, de Dambach la Ville, Jean-Louis Galy, en compagnie de son épouse, était de ce tournoi, de même que leur fille résidant actuellement dans le nord de notre département, elle-même artiste peintre. Ils participaient pour la première fois et se montraient enchantés de la ville, où ils avaient décidé de venir ensemble. Ils se faisaient même un plaisir de découvrir, en fin d’après-midi, la Roseraie des époux Clergeot, où allaient se dérouler la proclamation des résultats et la remise des prix.

Bernard Hazouard, au Pavillon Henri IV de Nogent.


Bernard Hazouard, cet autodidacte avait quand même de sérieuses bases: un goût pour le dessin tout jeune et après quelques années d’études, un poste de dessinateur industriel dans l’automobile puis dans le secteur des appareils d’échantillonnage.

On imagine que la rigueur et le cadre strict et codifié du dessin industriel auront pu l’inciter à donner davantage libre cours à son imagination, jusqu’à l’onirisme, l’intemporel, l’irrationnel, le surréalisme, le parallélisme comme il se définit lui-même…
Immanquablement, on le retrouve dans l’univers de la B.D., de la pub, de l’infographie: son site web est un des plus abouti qu’on connaisse, et actualisé !

« Hazoo » au Pavillon Henri IV:
La peinture à l’huile est sa technique préférée et on la retrouve au terme de ses réalisations. Autrement, il utilise le crayon, l’aquarelle, l’informatique infographique et ne néglige pas la sculpture.
La ville de Nogent sur Seine et l’Association Artistique du Nogentais proposent une exposition de ses œuvres ‘‘Hazoo, le perceptionaute’’ au Pavillon Henri IV, ancienne route de Villenauxe la Grande, de ce samedi 13 au dimanche 28 octobre. Entrée libre de 10 à 12 heures et de 14 à 18 heures (et autres possibilités selon disponibilité) le samedi et le dimanche.
- Messagerie: hazoo.art@gmail.com.
- Site web: www.hazoo-art.com

Un forum sur le ''bien s’alimenter'', à Sourdun.


Le Clic-Sillage, centre local d’information et de coordination gérontologique, propose un forum concernant « L’équilibre alimentaire et le plaisir de manger, les clés d’une prévention active grâce à l’alimentation ».

Ce forum aura lieu le mardi 16 octobre de 13 à 18 heures, salle des Fêtes du Paraclet à Sourdun, avec entrée libre. Outre la conférence dont le thème sera le sujet évoqué ci-avant, ce forum proposera animations, informations, documentation. La journée se terminera par un pot convivial.
- Contact au Clic-Sillage au 01.60.58.00.95.

mercredi 10 octobre 2012

Un jour, une photo: les jambes et le sourire!


Certes, il va nous en vouloir terriblement, mais le choix de cette photo du jour s’imposait à nous. Nous en aimons la fraîcheur, nous avons apprécié le moment et nous lui trouvons une symbolique qui nous est chère. Pour nous, elle représente, dans sa spontanéité et sa grande simplicité, tout ce qui fait la valeur de ces manifestations sportives populaires. Patrick le Chabozy de Saint Brice, comme d’autres Saint Briçois ce jour là, encourageant les coureurs et coureuses qui en terminaient avec le dernier tour de cette course.

La sportive comme le bénévole ont le sentiment de partager un moment fort, de participer à cet élan qui fait que pour la majorité des participants de cette Course de Remparts de Provins (comme pour les autres courses sur routes d’ailleurs), il est surtout question d’aller au bout de soi-même, de son effort et de son plaisir et de les partager avec le plus grand nombre. Et là, de leur part, on a une adhésion simple, sans redondance, de bon aloi… Un bonheur sain et vivifiant!


- Cette photo aussi pour répondre à la demande de pas mal, qui s’étonnaient de ne pas avoir vu encore dans le blog, des photos de cette course. D’autres vont suivre, normalement. Précisons que pour la première fois, il nous est arrivé que les photos prises, ont toutes disparu au moment du transfert de la carte mémoire à l’ordinateur et il a fallu l’intervention d’un professionnel confirmé pour les récupérer.